27.102013
0 0

300 sexologues : vrais ou gourous ?

Plus de 300 sexologues exercent en Belgique. Sans statut ou reconnaissance, avec le risque d’abus que cela peut entraîner.

Plus de 300 sexologues sont actifs en Belgique, selon une étude réalisée en 2007 par l’UCL. Aucun n’a un statut reconnu. Aucune formation n’est exigée. Aucune consultation n’est remboursée par l’assurance-maladie.

En d’autres mots, consulter un sexologue, c’est pouvoir tomber sur un charlatan comme sur quelqu’un de très compétent. Les autorités publiques tentent depuis années de définir un statut. En vain. En réalité, le titre de psychothérapeute est globalement très difficile à encadre et définir.

Le député-sénateur MR, Richard Miller, a décidé de relancer l’affaire. Après avoir interpellé la ministre Onkelinx en janvier dernier, qui s’est déclarée sur la même longueur d’onde que lui, Richard Miller dépose une résolution pour que la sexologie clinique soit désormais encadrée. Il souhaite que le titre soit protégé. Une commission d’agréments serait chargée d’autoriser ou non les praticiens de la sexologie clinique.

Selon le sénateur libéral, si l’ensemble des professions de la santé mentale devraient être réglementées (ce qu’elles ne sont toujours pas), l’encadrement de la sexologie clinique pourrait être une première étape. Les sexologues sont très demandeurs de cette reconnaissance, selon Miller.

« Et c’est urgent. Nous sommes dans une société qui combine une hypersexualisation, notamment des très jeunes filles, et une multiculturalité qui entraîne d’autres difficultés, notamment dans l’égalité de la relation sexuelle, estime Richard Miller. Je suis aussi très inquiet face à l’avortement qui peut devenir une méthode de contraception. Donc il faut des personnes compétentes pour faire face et éviter les charlatans ».

La sexologie est une discipline assez récente, née dans les années 70. Elle est au carrefour de la médecine, les neurosciences, la psychologie, la sociologie. La consultation d’un sexologue, ne cas de trouble ou difficultés, commence à entrer dans les mœurs.

Les sexologues qui exercent dans notre pays sont généralement formés en psychologie à des degrés divers. Deux universités organisent des formations. L’université de Liège (Ulg) et l’université de Louvain-La-Neuve (UCL). Ces formations sont accessibles à des bacheliers de premier cycle universitaire mais aussi non universitaire… Il existe donc des sexologues en exercice avec un diplôme (master) qui ne sont ni médecins ni psychologue.


Source : L’avenir.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *