11.042014
3 0

Le cerveau: principal organe sexuel?


En tout cas, c’est une idée qui revient régulièrement dans les ouvrages traitant de la sexualité. Reste à savoir, si cela est vrai ?

J’ai, en tête, le souvenir d’une scène du film « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander » de W. Allen (1972). A l’approche d’une relation sexuelle, étaient mises en scène les différentes réactions à l’intérieur du corps. Et ce, à travers tout un réseau de petits hommes blancs allant du cerveau aux testicules. (Cette scène est très imagée, vulgarisée mais tellement parlante ! Comme le reste du film…)

Quel est le rôle du cerveau dans la sexualité ? (De manière très générale)

Dans une sexualité épanouie, il faut, entre autre, être réceptif aux stimulations externes et ses processus cognitifs (savoir les percevoir, les savourer,…). Dans cette première étape, le cerveau est déjà sollicité. Les stimulis peuvent être corporels (les zones érogènes), liés à l’environnement (moment propice, endroit,…) ou encore liés à l’ambiance.

De là, va découler une réaction émotionnelle et une réaction neuro-endocrinienne (les hormones).

Le cerveau va envoyer un message au corps et aux zones génitales. Il y aura, alors, une disposition à la relation sexuelle. Cela pourrait revenir à dire que le « bas » du corps ne fonctionne pas seul et que la sexualité représente un véritable travail d’équipe entre le « bas » et le « haut » du corps.

Ainsi, on pourra observer lors de l’orgasme (et de la relation sexuelle de manière générale) des réactions physiques mais aussi psychologiques. Certains professionnels parlent d’une différence entre l’excitation sexuelle et le plaisir sexuel. (Sexo-fonctionnelle). C’est-à-dire que le corps va réagir d’une certaine façon (spasmes, vaso-dilatation, érection,…CFR Masters et Johnson) et la perception de ces comportements va apporter le plaisir sexuel (plaisir, sensation de bien-être, satisfaction,…). Donc lié à notre cerveau !

Lors de mes consultations, certaines personnes me parlent d’une excitation sexuelle mais sans nécessairement ressentir du plaisir et vice-versa ! Ce manque d’esprit d’équipe entre le « haut » et le « bas » peuvent apporter déception, frustration et dysfonctions sexuelles.

Soulignons qu’il est possible de temps à autre de ressentir cela, sans qu’il soit capital de s’alarmer. Cela peut-être du au stress, à la fatigue, aux enfants, au travail, une maladie,…Bref rien de grave si cela est occasionnel.

Le cerveau n’est peut-être pas le principal organe à la sexualité mais il joue un rôle important dans notre épanouissement. Comme je le dis souvent, la sexualité n’a rien d’innée, d’acquise. Elle se travaille !

Alors comment faire travailler notre cerveau au niveau sexuel ?

Voici quelques idées : à travers le fantasme, la littérature érotique, le jeu de différents tissus sur notre corps, les lotions corporelles, le toucher, …Mais cela fera l’objet d’un prochain article.




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *