La supervision offre un environnement stimulant et favorable aux apprentissages et au perfectionnement de la pratique professionnelle. Elle vise également l’amélioration de la qualité des services.[1]

 

La supervision est un encadrement spécifique pour un professionnel face à une situation jugée problématique. Elle a deux fonctions : une fonction pédagogique et une fonction de soutien.

 

Pour qui ? Quand ?

Pour tout professionnel formé à la sexologie. La supervision peut être utile lors d’une situation problématique, un questionnement spécifique ou général de la pratique, un problème déontologique, lors de l’installation d’une nouvelle consultation (par quoi commencer?), un travail de réflexion, un besoin de cadre ou encore une recherche de nouveaux outils, un besoin de soutien, recherche d’une nouvelle méthodologie, etc.

Que va-t-on explorer lors d’une supervision ?

Nous allons utiliser les compétences et ressources de chacun (supervisé – superviseur).

C’est dans le cadre d’une supervision que le supervisé sera invité à prendre de la distance, de tenter de comprendre les raisons de cette situation mais aussi d’évaluer le travail déjà engagé.

Pour cela, il sera nécessaire de repérer les exigences et contraintes d’une consultation ou encore les aspects éthiques et déontologiques. Le superviseur aidera le supervisé à travailler en toute neutralité. Parfois, il devra rappeler les notions de transfert et de contre-transfert.

Dans l’optique d’approfondir la réflexion, il pourra être mis en avant : les « Pourquoi ? », comprendre où le bât blesse, ce qui fait écho, ce qui résonne pour essayer de trouver du sens à cette situation ainsi qu’à cette démarche.

La supervision fait appel au réseau. Elle vise le travail avec d’autres professionnels/collègues.

Que puis-je apporter en tant que superviseur ?

Une conception large de la pratique sexologique suivant différents mouvements, influences, écoles.

A travers 3 axes qui sont l’évaluation, la piste et le coaching, je propose de nouvelles orientations, un partage d’échanges professionnels, des nouveaux outils, une oreille attentive, des lectures, des propositions de formation, ….

Pour un travail pertinent et enrichissant, l’installation du cadre sera indispensable (secret professionnel partagé). Un temps nécessaire sera pris pour faire connaissance et installer un environnement propice à la confiance. Il sera demandé au supervisé d’envoyer son CV afin de permettre un premier contact et il se rendra à la première supervision avec une présentation de cas : anamnèse/explication, problématique/question,….

La supervision n’apporte pas spécialement de réponses toutes faites mais elle permet un échange entre professionnels et l’apport d’un soutien utile pour faire face à une problématique.

Les thèmes de la supervision font appel aux quatre savoirs : savoir, savoir-faire, savoir-être et savoir-dire. Les rencontres seront articulées autour de ces axes. Cela dans une démarche non-jugeante et empathique, et ce, dans le respect de chacun.

Modalités pratiques

Cabinet sexologique Centre para-médical de Champion - Namur

0486/76.42.79

Durée 1h – Prix : 40 euros

 


[1] Guide sur la supervision professionnelle des travailleuses sociales et travailleurs sociaux.